Французские писатели

Эрве Базен

Оцените материал
(1 Голосовать)
Эрве Базен

Hervé Bazin

Né dans le cadre étouffant de la bourgeoisie angevine du début du XXème siècle, Hervé Bazin connut une enfance tourmentée au sein d’une famille dévote et bourgeoise. Il satisfait tout d’abord cette dernière en commençant des études de droit (malgré son penchant pour la littérature). Mais son désintérêt l’amène à rompre le nœud gordien de la famille en s’inscrivant à la Sorbonne en licence de Lettres. L’année de ses vingt ans, il rompit avec sa famille. Malgré les souvenirs douloureux que lui évoquaient les murs du Paty, manoir de ses parents, il resta toute sa vie très attaché à sa région natale, où il situe bon nombre de ses romans.

Il commença par exercer de nombreux petits boulots et écrire de la poésie, une première quinzaine d’années sans éclat. À noter tout de même la création d’une revue poétique en 1946, La Coquille (huit volumes seulement), et l’obtention du prix Apollinaire pour Jour, son premier recueil de poèmes, suivi d’À la poursuite d’Iris en 1948. Sur le conseil de Paul Valéry, il se détourne de la poésie pour se consacrer à la prose.

Les rapports conflictuels qu’il a eu avec sa mère pendant son enfance lui inspirent le roman Vipère au poing en 1948. Il a onze ans quand sur un quai de gare, sa mère, retour de Shanghai débarque en lui flanquant une magistrale paire de claques. De ce souvenir Hervé Bazin créa un personnage, celui de Folcoche (surnom résultant de la contraction de « folle » et « cochonne »), une mère sèche et cruelle, constamment à la recherche de nouveaux moyens d’oppression et de brimade (voir par exemple l’histoire de la fourchette), et ses enfants, dont, en premier lieu, le narrateur, Jean Rezeau, surnommé Brasse‑Bouillon. Dans une émission de radio, Bazin fit la confidence suivante : « J’aimais bien mon père, je ne l’estimais pas. C’était l’inverse en ce qui concerne ma mère : j’estimais son caractère, sa force, mais je ne l’aimais pas. » « Les enfants privés d’amour, ajoutait‑il, se détestent, ne s’aiment pas. Parce que quand on n’est pas aimé, on croit qu’on n’est pas aimable. » Cette force dans l’affirmation d’une jeune révolte est peut‑être le secret de l’amour que lui portent des légions de lecteurs de par le monde. Identification assurée, pouvoir de persuasion dans le récit, style coup de fouet. Ce roman connaîtra un immense succès après‑guerre et sera suivi de nombreux autres qui décrivent, avec un certain naturalisme et un art du portrait psychologique, les mœurs de son époque.

Hervé Bazin sera considéré comme « un romancier de la famille », thème central de tous ses romans. Il a écrit également des nouvelles et des essais Ce que je crois, 1977.

Hervé Bazin devint membre de l’Académie Goncourt en 1960. En 1995, Hervé Bazin a déposé ses manuscrits et sa correspondance aux archives municipales de la ville de Nancy, déjà en possession du fonds des frères Goncourt, originaires de la ville. Suite à un imbroglio juridique, les six enfants de ses premiers mariages ont obtenu, contre l’avis de sa dernière épouse et de son dernier fils, la vente de ce fonds à l’hôtel Drouot, le 29 octobre 2004. Aidée par les collectivités locales, la bibliothèque universitaire d’Angers a réussi à préempter la quasi‑totalité de ce patrimoine, soit 22 manuscrits et près de 9 000 lettres, remis à la disposition des chercheurs, comme le souhaitait l’auteur.

Commentaire :

Lacadémie Goncourt est un cénacle littéraire, fondé en 1900, suivant le désir formulé par Edmond de Goncourt (1822‑1896) dans son testament, désir auquel il associait son frère précédemment disparu, Jules de Goncourt (1830‑1870). L’objet étant de décerner chaque année « un ouvrage d’imagination en prose paru dans l’année », des indemnités substantielles devant également être allouées à chacun des membres de la société.

Le prix Guillaume Apollinaire récompense chaque année un recueil de poèmes caractérisé par son originalité et sa modernité. Il est attribué par un jury élu à vie et permet l’obtention d’une prime de 1 500€ à 3 500€. Considéré comme étant l’un des plus importants prix de poésie en France, un véritable Goncourt de la poésie, il est décerné à des poètes consacrés, unanimement reconnus.

Le prix a été fondé en 1941 par Henri de Lescoët et était à l’origine destiné à permettre à des poètes de pouvoir partir en vacances.

Прочитано 2598 раз

Добавить комментарий


Похожие материалы (по тегу)

Французский язык

Тексты песен на французском

Слова мюзиклов на французском

Стихи на французском

О Франции

Французская грамматика

Французская лексика

Темы на французском

Французские писатели

Почему так говорят по-французски

Поздравления и пожелания

Cкороговорки и пословицы

Идиомы, цитаты, афоризмы

Видео на французском